Bannière Faculté des sciences ISE
autocad architecture 2017 education version visit site acrobat 9 for apple mac purchase adobe photoshop lightroom 6 for mac for sale online click this link why not try these out buy oem revit 2017
........

Au coeur des enjeux environnementaux

developpez-vos-competences

Site internet

Nouveau site internet de l'Institut des sciences de l'environnement à venir ! 

Bon été à toutes et à tous !

Le Collectif de recherche sur l'aménagement paysager et l'agriculture urbaine durable (CRAPAUD) obtient le prix Projet d'excellence de Forces AVENIR

Maxime Saint-Denis, l'un des coordonnateurs 2010 du CRAPAUD et étudiant en éducation à l'UQAM.L'initiative étudiante le Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable (CRAPAUD) a reçu le prix Projet d'excellence 2010 de Forces AVENIR.

En fait, ce CRAPAUD n’a ni la forme ni la couleur du petit animal qui habite nos rivières. S’agissant plutôt d’une initiative étudiante née de la volonté d’améliorer le paysage universitaire par l’intégration de plantes potagères et comestibles, le CRAPAUD impressionne par la qualité de son intervention, et ce, en seulement deux ans d’existence.

Outre les 7,7 tonnes de matière détournées de l’enfouissement, et la réduction de plus de 12 000 kg de dioxyde de carbone qui en aura découlé, le CRAPAUD et les étudiants qui lui donnent vie ont aménagé six jardins au sol et deux jardins sur les toits de l’université. Ces jardins sont rapidement devenus des lieux d’expérimentation pour de nouvelles formes d’agriculture urbaine et aussi des lieux de détente pour les étudiants. L’été dernier les étudiants ont converti leurs espaces verts en jardins collectifs, ont développé un projet d’aquaculture et ont procédé à l’élargissement du volet compostage. « L’ensemble des jardins a été créé et entretenu, de la préparation des semis jusqu’à la récolte, par des étudiants, une horticultrice et des bénévoles. Puis, l’intégralité des récoltes a été destinée au Centre de la petite enfance de l’UQAM, aux étudiants bénévoles impliqués dans le projet et à l’église St. John the Evangelist, qui vient en aide aux sans-abri », explique l'un des fondateurs du CRAPAUD, Antoine Trottier, diplômé de la maîtrise en sciences de l'environnement.

En ce qui a trait au volet éducation, les étudiants ont multiplié les activités afin d’informer les étudiants et les autres personnes intéressées, entre autres, par les vertus du compostage ou des plantes médicinales. Ils ont même mis sur pied, en collaboration avec l'Institut des sciences de l'environnement, une École d’agriculture urbaine, qui a accueilli en deux éditions près de 150 participants venant autant d'Europe, d'Afrique et des États-Unis que d'ici.

« Les membres du CRAPAUD animent et dynamisent la Faculté des sciences sous différentes formes et toujours avec plein d’imagination. En organisant des ateliers, des midis-conférences et une école d’été, ils montrent du leadership dans un domaine innovateur de l’intervention et de la recherche en sciences de l’environnement », témoigne Eric Duchemin, professeur associé à l'Institut des sciences de l'environnement de l’UQAM et membre du collectif.

Et le CRAPAUD est loin de vouloir retourner à son étang! Les étudiants ont pris les moyens nécessaires afin d’assurer sa survie en milieu urbain, et ce, pour longtemps. Entre autres, ils ont obtenu un budget récurrent pour trois ans, assuré une coordination intérimaire pendant l’hiver, créé un comité consultatif, établi des locaux permanents et mis sur pied un système d’adhésion officiel au CRAPAUD. À l'été 2011, le CRAPAUD sera de retour avec la 3e édition de l'école d'été, les jardins potagers, un projet de compostage amélioré et pouvant répondre à une plus grande capacité de matière compostable et de nouveaux projets.

Forces AVENIR vise à reconnaître, à honorer et à promouvoir l’engagement de la jeunesse dans des projets qui enrichissent le savoir, qui suscitent le goût de la réussite, le dépassement personnel et le développement du sens civique, contribuant à la formation de citoyens conscients, actifs et responsables, à la fois enracinés dans leur collectivité et ouverts sur le monde.