Bannière Faculté des sciences ISE
acrobat xi pro mac os for sale oem where can buy cs6 extended windows xp professional educational autodesk 2013 for mac product autocad 2013 for mac purchase 3ds max 2017 for sale online
........

Au coeur des enjeux environnementaux

developpez-vos-competences

Site internet

Nouveau site internet de l'Institut des sciences de l'environnement à venir ! 

Bon été à toutes et à tous !

Le Prix Nobel alternatif est remis au réseau international Grain : Devlin Kuyek, son principal chercheur, est diplômé de l’ISE

devlin_kuyekLe Prix Nobel Alternatif 2011 a été remis le 5 décembre au Grain, dont Devlin Kuyek, diplômé de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM, est l’un des principaux chercheurs. « C’est une reconnaissance forte qui témoigne de l’importance du mouvement mondial pour la souveraineté alimentaire », affirme Devlin Kuyek, de Grain, une petite ONG soutenant depuis plus de vingt ans la lutte paysanne et les mouvements sociaux pour renforcer le contrôle des communautés sur le système alimentaire et soutenir la biodiversité. L’Institut des sciences de l’environnement (ISE) de l’UQAM était fier d’accueillir Devlin Kuyek le 17 novembre dernier à l’occasion d’une conférence présentée devant quelque 75 personnes.

Le Grain a été choisi « pour son travail dans le monde entier visant à protéger les moyens de subsistance et les droits des communautés agricoles, et visant à dénoncer les achats massifs de terres agricoles dans des pays en développement par des intérêts financiers étrangers », a précisé le jury dans sa déclaration. Depuis 2008, Grain travaille ardemment à documenter et à dénoncer l’accaparement des terres, et c’est justement le travail sur cet enjeu qui a accru la visibilité à l’organisme sur la scène internationale, explique Devlin Kuyek.

Pour Grain, le Right Livelihood Award – qui est le nom officiel du Prix Nobel Alternatif – mérite d’être partagé puisqu’il s’agit surtout d’une reconnaissance témoignant de l’importance – et de l’urgence – de l’enjeu de la souveraineté alimentaire, insiste-t-il. « Nous voyons [ce prix] comme la reconnaissance des contributions d'innombrables personnes et organisations engagées dans la lutte contre le contrôle croissant de nos systèmes alimentaires par les entreprises et les élites, et comme l’expression du soutien à une souveraineté alimentaire authentique, à base communautaire », a écrit Grain dans une lettre de remerciement.

De plus, bien que la situation soit urgente, ajoute cette lettre, l’équipe laisse transparaître une pointe d’espoir, voulant que l’action alternative devienne plus qu’un projet : « Le système alimentaire industriel enfonce davantage le monde dans la voie de la famine et du désastre environnemental. Il détruit les terres, les cultures et les moyens de subsistance des populations pour générer des profits extravagants pour un tout petit nombre. Beaucoup de gens savent qu’il existe des alternatives réelles et des solutions, et ils se battent pour y parvenir, jour après jour, dans ce qui peut paraître une bataille difficile. Pour nous, le Right Livelihood Award est une reconnaissance de l'importance de cette bataille. »

Grain a débuté ses activités de recherche, de dénonciation et de lobbying au début des années 80 pour devenir en 1990 une organisation indépendante légale dont le siège est à Barcelone. Au tournant du 21e siècle, Grain est devenu un collectif international dynamique, en multipliant organisé ses activités en Afrique, en Asie et en Amérique latine. C’est d’ailleurs à cette époque que Devlin Kuyek a intégré la petite équipe de huit collègues de Grain : « J’ai commencé à collaborer en 2000 quand je faisais de la recherche sur les OGM et d’autres enjeux pour une série d’ONGs et d’organisation paysannes en Asie. À la suite de nombreuses collaborations, j’ai été engagé en 2003 alors que j’étais encore aux études à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM. »

Le Right Livelihood Award honore des organisations et des personnes qui agissent pour améliorer l’avenir de tous. Depuis 1980, 145 personnes ou organisations, issues de 61 pays, ont reçu ce Prix Nobel alternatif. Deux uqamiens ont d’ailleurs aussi été contributeurs à un Prix Nobel par le passé. En effet, Éric Duchemin, Professeur associé à l'Institut des sciences de l'environnement, et René Laprise, Professeur au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère, sont tous les deux contributeurs au Prix Nobel de la paix en 2007 pour leur travail en tant qu’experts au Groupe intergouvernemental sur l'évolution du Climat (GIEC), l'instance scientifique de l'ONU sur la question des changements climatiques.

Pour en savoir plus sur Grain

www.grain.org

www.biodivertsidadla.org

www.farmlandgrab.org

www.bilaterals