Bannière Faculté des sciences ISE
........

Au coeur des enjeux environnementaux

developpez-vos-competences

Site internet

Nouveau site internet de l'Institut des sciences de l'environnement à venir ! 

Bon été à toutes et à tous !

18 personnalités publiques, dont la directrice de l'ISE, appellent Québec à faire preuve d'ouverture

  « Cette crise autour des droits de scolarité a assez duré », affirment 18 personnalités québécoises dans une sortie médiatique le 21 avril, au lendemain des heurts devant le Palais des justice. Tout en appelant à l'ouverture du dialogue entre le gouvernement et les trois associations étudiantes nationales, il y a « urgence d'agir », affirment de concert les professeurs Guy Rocher et Gérald Larose, l'ex-président du Mouvement Desjardins Claude Béland, le metteur en scène Dominic Champagne ainsi que le réalisateur Bernard Émond, l'ex-ministre libéral Jean Cournoyer, les ex-présidents du Conseil supérieur de l'éducation, Jean-Pierre Proulx et Céline Saint-Pierre, les artistes Luc Picard et Jacques Languirand, le médecin et animateur Alain Vadeboncoeur et, finalement, Louise Vandelac, la directrice de l'Institut des sciences de l'environnement de l'UQAM.

Rappelant que le Québec a traversé d'autres crises graves depuis la Révolution tranquille, tels les événements d’Octobre, l’emprisonnement de chefs syndicaux en 1972, la crise d’Oka de 1990 et les référendums de 1980 et 1995, les signataire de cette déclaration déplorent l'attitude du gouvernement Charest : « [...] jamais, dans ces moments dramatiques, le gouvernement du Québec, l’État québécois, n’a-t-il opposé une aussi incompréhensible fin de non-recevoir aux groupes s’opposant à ses volontés. Au plus haut niveau de l’État québécois, la porte avait toujours fini par s’ouvrir. Toujours. Mais pas cette fois. »

Les étudiants, dont ils disent partager les idéaux, risquent « de perdre bientôt ce qui est le plus important : l'espoir et la confiance envers la société et ses mécanismes démocratiques, acquis de haute lutte depuis des générations ».


Quatre propositions sont mises de l'avant dans cette déclaration :

  1. Que le gouvernement rencontre les trois associations étudiantes ensemble et sans délai.
  2. Qu'il suspende la hausse de 75 % des droits de scolarité pour les cinq prochaines années qui était prévue dans le budget 2011.
  3. Que Québec ouvre un large débat sur l'importance de l'éducation dans la société et son financement.
  4. Que les associations étudiantes mettent fin à leur mouvement de grève après une réponse positive du gouvernement.

 

Consultez ici l'intégral de la déclaration intitulée 
« Un appel urgent au dialogue entre le gouvernement et les étudiants - Il faut mettre fin immédiatement à la crise sociale »