Conférence annuelle Pierre-Dansereau

Depuis 2012, la Faculté des sciences de l’UQAM et l’Institut des sciences de l’environnement organisent chaque automne une conférence publique Pierre-Dansereau donnée par un conférencier ou une conférencière de prestige, désigné par le comité exécutif de l’ISE.


Conférence Pierre-Dansereau 2018-2019

Une conférence de Jacques Blondel

Comment l’humain a-t-il utilisé les oiseaux pour le meilleur et pour le pire? Si ces derniers remplissent de très nombreuses fonctions dans la nature, jusqu’où peut-on les instrumentaliser pour faire de ces fonctions des services écosystémiques? Peut-on attribuer un prix à des organismes vivants? Réflexion sur la place qu’occupent les oiseaux pour nous, mais aussi pour l’ensemble des espèces vivantes qui ont coévolué avec eux.

Jacques Blondel est directeur de recherche émérite au CNRS en France. Considéré comme l’un des pionniers de l’écologie évolutive en biogéographie, il continue d’œuvrer pour la conservation des espèces et la compréhension des enjeux récents sur la biodiversité. Auteur de nombreux livres, il vient de publier avec Jean-François Desmet Des oiseaux et des hommes, fonctions écologiques et services écosystémiques (éditions QUAE, juillet 2018).

Jeudi 6 décembre 2018, 18h

RÉSERVATIONS REQUISES : http://www.coeurdessciences.uqam.ca

Gratuit – Ouverture des portes à 17h30 Amphithéâtre (SH-2800) du pavillon Sherbrooke de l’UQAM
200, rue Sherbrooke Ouest
Métro Place-des-Arts

Cette soirée est organisée en collaboration avec l’Institut des sciences de l’environnement et la Faculté des sciences de l’UQAM dans le cadre des conférences Pierre-Dansereau et à l’occasion de la remise d’un doctorat Honoris Causa à Jacques Blondel par l’UQAM.

 

 


Conférence du mercredi 31 janvier 2018

Espoirs sur fond de désespoir climatique
Jean-Pascal van Ypersele

Les glaciers fondent, le niveau des mers monte de plus en plus vite, les températures battent record après record, les pluies s’intensifient. Notre planète finira-t-elle par devenir inhabitable Réussirons-nous à réduire suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contrer les changements climatiques et limiter la hausse des températures à 2oC? Tour d’horizon des inquiétudes des scientifiques du GIEC, mais aussi de leurs raisons d’espérer.

Jean-Pascal van Ypersele est professeur de climatologie et des sciences de l’environnement à l’Université catholique de Louvain, en Belgique. Il a été vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de 2008 à 2015. Vulgarisateur scientifique reconnu, il a publié de nombreux livres dont : Une vie au cœur des turbulences climatiques (De Boeck, 2015). Il est également actif sur Twitter: @JPvanYpersele.

Vidéo de la conférence

Document pdf de la conférence

En marge de la conférence Pierre-Dansereau:

Changement climatique : des embûches aux États-Unis et au Canada, selon un expert | Midi-Info, Radio-Canada Première | 30 janvier 2017

Motifs de préoccupation du GIEC à propos des risques liés aux changements climatiques | Séminaire organisé par ESCER et l’ISE de l’UQAM | 30 janvier 2017

Climat : l’espoir par l’action, selon Jean-Pascal van Ypersele | Québec Science Web | 31 janvier 2018

Trop tard pour le climat? | Les Années lumière, Radio-Canada Première | 4 février 2018


Conférence du mercredi 7 décembre 2016

Du difficile arrêt de la déforestation
Marcel Bursztyn

Pourquoi est-il si difficile d’arrêter la déforestation en Amazonie? Quels sont les fondements politiques et institutionnels à ces blocages? Faut-il blâmer l’État, une forte croissance démographique ou, encore, la complaisance sociale? Comment trouver à cette région de nouvelles vocations économiques basées sur la durabilité et non sur l’épuisement des ressources? Un appel, non pas à une révolution, mais à une évolution de nos regards sur la vie.

Marcel Bursztyn est professeur au Centre du développement durable à l’Université de Brasilia, au Brésil. Il est l’auteur du livre Fundamentos de Política e Gestão Ambiental: caminhos para a sustentabilidade (Fondements de politique et gestion de l’environnement: vers un développement durable), Ed. Garamond, Rio de Janeiro 2012.


Conférence du jeudi 3 décembre 2015

A-t-on besoin du hasard pour évoluer?
Alain Pavé

De la cellule à l’écosystème, le hasard est omniprésent. Mais d’où vient-il? Quels sont les processus susceptibles de l’engendrer? Est-il nécessaire à la vie et à son évolution? Sommes-nous condamnés à faire avec ou pourrions-nous y trouver des opportunités pour mieux comprendre et mieux faire? Réflexion sur l’inattendu, l’imprévisible et l’incertain, autant de mots qui troublent, à priori, notre entendement.

Alain Pavé est professeur émérite à l’Université Claude Bernard Lyon 1. Longtemps détaché au CNRS pour mener de grandes opérations scientifiques, il est membre de l’Académie des Technologies et correspondant de l’Académie d’Agriculture. Auteur de nombreux essais de vulgarisation scientifique, il vient de publier Les cailloux du petit Poucet (Éditions EDPSCI, février 2015).


Conférence du jeudi 30 octobre 2014

Température, vents, humidité : et si ces données ne suffisaient plus aux météorologues?
Jean-Noël Thépaut

De la qualité de l’air, aux transformations qui affectent la surface de notre planète, en passant par l’effet des océans, les modèles de prévisions doivent-ils maintenant considérer le système Terre dans son ensemble? Peuvent-ils en retour prévoir l’évolution de son état? Regard sur une science non seulement plus performante, mais plus globale.

Ingénieur en météorologie, Jean-Noël Thépaut est directeur adjoint du département de la recherche du European Centre for Medium-Range Weather Forecasts (ECMWF), en Angleterre. Son équipe est notamment responsable du développement d’outils de pointe pour l’intégration de données multiples aux modèles de prévision numérique du temps. Il collabore également au programme de l’Union européenne Copernicus, programme chargé de surveiller l’environnement de notre planète à l’aide des données satellitaires et terrestres.


Conférence du mercredi 2 octobre 2013

Et demain l’Arctique?
Louis Fortier

L’Arctique fait l’objet de plusieurs enjeux. De la disparition de sa mégafaune à l’ouverture du passage du Nord-Ouest, de l’altération du mode de vie des Inuits aux modifications du climat des zones tempérées, comment faire face aux impacts négatifs et positifs de son réchauffement observé et anticipé ? Regard sur les travaux et stratégies proposées par les chercheurs d’ArcticNet, le tout agrémenté d’images spectaculaires.

Directeur scientifique du réseau ArcticNet et chef scientifique du brise-glace de recherche Amundsen, Louis Fortier est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la réponse des écosystèmes marins arctiques au réchauffement climatique de l’Université Laval.


Conférence du jeudi 4 octobre 2012

Forêt tropicale : quelles leçons pour le Québec?
Catherine Potvin

Comment limiter le déboisement de façon à contribuer à l’atténuation des gaz à effet de serre? Et alors que la forêt tropicale est menacée par l’expansion agricole, que dire de ce qui se passe chez nous avec le Plan Nord? Quelle conséquence ce dernier pourrait-il avoir en termes d’émissions de gaz à effet de serre? Existe-t-il des moyens d’en diminuer les impacts? Regard sur le Sud pour penser le Nord.

Catherine Potvin est professeure de biologie à l’Université McGill. Elle mène des recherches depuis presque 20 ans sur l’écologie de la forêt tropicale au Panama. La Société royale du Canada lui a récemment décerné la médaille Miroslaw Romanowski 2012 pour ses travaux sur les puits de carbone en réponse aux changements climatiques.

Institut des sciences de l’environnement (ISE)

Une unité multidépartementale et multifacultaire qui anime la vie académique et coordonne la concertation interdisciplinaire, dans un esprit d’ouverture, de collégialité et de liberté académique.

Suivez-nous

Coordonnées

Institut des sciences de l’environnement
Pavillon Président-Kennedy
Local PK-2610
201, avenue du Président-Kennedy
Montréal, Québec, H2X 3Y7