Webinaires Jeunes chercheuses & jeunes chercheurs de l’ISE

Afin de mieux exposer les travaux qui occupent nos jeunes chercheuses et chercheurs en sciences de l’environnement, des étudiantes en fin de parcours aux cycles supérieurs à l’ISE présenteront les résultats de leurs recherches – trop souvent méconnus! – aux membres de l’Institut et de la communauté uqamienne.

Que vous soyez étudiant-e en fin de parcours curieux de voir l’aboutissement des travaux de vos homologues, professeur-e à l’ISE curieux de découvrir les travaux qui ont cours dans les équipes de recherche de vos collègues et potentiels futurs collaborateurs, étudiant-e nouvellement inscrit qui cherche à échanger sur le cheminement des études en sciences de l’environnement – ou curieux tout court! -, ces webinaires sont pour vous!


Automne 2021

Prochain webinaire – Mercredi 1er décembre

Si l’humanité subit déjà la violence des changements climatiques, nous ne sommes pas tous égaux devant ce fléau. Pour dépasser le consensus vert pâle qui vante le marché du carbone ou les technologies vertes, il faut poser la question taboue : celle de la sortie du capitalisme. Pourquoi dénoncer la surproduction plutôt que la surconsommation? Une économie capitaliste fondée sur les énergies renouvelables est-elle réaliste? Dans leur livre Pour une écologie du 99 %, les auteurs se sont appliqués à répondre à ces questions tout en proposant à la fois les clés pour comprendre les origines de la crise et l’impulsion nécessaire pour pousser à l’action.
Pour une écologie du 99 % – 20 mythes à déboulonner sur la capitalisme est publié aux éditions Écosociété.

Arnaud Theurillat-Cloutier est dirigé par Éric Pineault (sociologie) et Frédéric Legault est dirigé par Éric Pineault et Simon Tremblay-Pepin (Université St-Paul).

Lien Zoom du webinaire


Lundi 25 octobre

Résumé:
De la disposition de quelques pots sur les balcons jusqu’à l’entretien de grands potagers en cour-arrière, la pratique du jardinage alimentaire domestique est commune dans la région de Montréal. Cependant, les caractéristiques des ménages qui jardinent et les conditions pour la contribution alimentaire des initiatives restent à préciser. Cette recherche pointe alors la nécessité d’aborder ces questions à l’échelle des ménages en tentant compte de leur structure, leurs besoins et des comportements alimentaires de leurs membres.  
Sous la direction de Louise Vandelac (sociologie, UQAM) et d’Éric Duchemin (professeur associé à l’ISE, AU/Lab).


Saison 2020-2021

Jeudi 8 octobre 2020

Résumé:
L’analyse du cycle de vie est un outil performant lorsque vient le temps d’évaluer l’impact environnemental global d’un système. Toutefois, les modèles utilisés pour le moment ne considèrent pas adéquatement les impacts des débris marins sur le bon fonctionnement des écosystèmes. À l’aide des données écotoxicologiques existantes concernant les microparticules de plastiques, il est possible de quantifier une portion de leurs impacts et ainsi d’améliorer les méthodes utilisées en évaluation des impacts du cycle de vie.
Sous la direction de Cécile Bulle (dép. stratégie, responsabilité sociale et environnementale, UQAM) et Anne-Marie Boulay (Polytechnique).


Jeudi 12 novembre 2020

Résumé:
Malgré que les dimensions sociopolitiques de l’agriculture soient répandues, la littérature ne nous offre pas un cadre permettant d’analyser l’ensemble de ces dimensions. L’analyse de 232 articles et des activités réalisées par 72 organisations nous a permis de bâtir un cadre analytique portant 7 catégories, 25 dimensions et 75 indicateurs.
Sous la direction de Johanne Saint-Charles (dép. communication sociale et publique, UQAM).


Jeudi 10 décembre 2020

Résumé :
Depuis le début du XXIe siècle, un nombre croissant d’initiatives alimentaires alternatives ont émergé pour proposer des solutions viables et locales à l’insécurité alimentaire, constituant un des mouvements sociaux les plus importants dans les sociétés dites du Nord, ce qui inclut le Québec. Notre recherche porte sur les actions collectives qui s’inscrivent dans un processus de sécurisation alimentaire. Parmi celles-ci, certaines peuvent être vues comme des initiatives de « design autonome » au sens d’Arturo Escobar (2017) portées par et pour les communautés qui revendiquent la justice alimentaire. L’étude de cas porte sur l’initiative expérimentale de la Fermette de Pointe-Saint-Charles pour comprendre dans quelle mesure une initiative collective par le « design autonome » peut-elle favoriser la justice sociale, environnementale et alimentaire?  
Sous la direction de Juan-Luis Klein (dép. géographie, UQAM)


Mardi 16 février 2021

Résumé:
De nombreuses études épidémiologiques mettent aujourd’hui en évidence l’implication des pesticides dans la survenue de pathologies chroniques. Alors que la France reconnaît certaines maladies professionnelles provoquées par les pesticides, dont la maladie de Parkinson et les hémopathies malignes, le Québec accuse toujours de nombreux retards dans ce dossier. Tirant profit de l’expérience française, cette recherche vise à dégager les stratégies de transition vers une meilleure couverture de ces problèmes de santé au Québec.  
Sous la direction de Louise Vandelac (Collectif de recherche écosanté sur les pesticides, les politiques et les alternatives, UQAM)


Mardi 16 mars 2021

Résumé :
La construction des bâtiments est un contributeur majeur à l’épuisement des ressources minérales et métalliques, d’où la nécessité d’évaluer l’utilisation par rapport au budget qui assure le bon maintien de la réserve. L’étude utilise le concept des limites planétaires afin de définir un budget annuel de dissipation de ressource jusqu’à l’adaptation complète des utilisateurs à d’autres substituts. Les approches d’allocations permettent d’allouer un budget au secteur de la construction des bâtiments et au cycle de vie d’un type précis des bâtiments.
Sous la direction de Cécile Bulle (dép. stratégie, responsabilité sociale et environnementale, UQAM) et de Mario Santana (Université de Carleton).


Mardi 13 avril 2021

Résumé:
Traditionnellement intéressé aux discours et médiatisations des problèmes environnementaux, le champ de la communication environnementale est en mutation. Le contexte socio-environnemental actuel transforme les pratiques de ce champ, et oblige les praticiennes en communication environnementale à tendre l’oreille ailleurs, à faire entendre des voix et des pratiques jusqu’ici ignorées, et à créer des méthodes sensibles liant les enjeux environnementaux et communicationnels. Sous le prisme d’approches écoféministes, cette recherche explore l’importance des expériences relationnelles et situées en tant que savoirs légitimes et indispensables pour penser les enjeux socio-environnementaux contemporains.  
Sous la direction d’Élisabeth Abergel (dép. sociologie) et d’Anouk Bélanger (dép. communication sociale et publique).

Institut des sciences de l’environnement (ISE)

Une unité multidépartementale et multifacultaire qui anime la vie académique et coordonne la concertation interdisciplinaire, dans un esprit d’ouverture, de collégialité et de liberté académique.

Coordonnées

Institut des sciences de l’environnement
Pavillon Président-Kennedy
Local PK-2610
201, avenue du Président-Kennedy
Montréal, Québec, H2X 3Y7