Non classé

Midi-conférence | Mardi 6 avril, 12h30 | Une seule et même crise: l’importance de préserver les milieux naturels


Mardi 6 avril 2021, 12h30 à 13h45

Cette conférence-midi est organisée par l’Institut des sciences de l’environnement (ISE), en collaboration avec l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM). Elle s’inscrit dans le cadre de la série inter-instituts 2020-2021 de l’UQAM, intitulée « Habiter le monde ou s’abriter du monde? », portant sur la crise actuelle et destinée à créer des rencontres interpellant différentes expertises, disciplines et épistémologies depuis plusieurs cadrages théoriques et pratiques.


Depuis l’émergence de la COVID-19, plusieurs avancent que la pandémie mondiale qui en a résulté n’est pas simplement une autre crise – qui se superpose à celles de la biodiversité ou du climat, par exemple – mais que nous sommes bien confrontés à une seule et même crise, la plus importante pour l’espèce humaine jusqu’ici.

Quels liens peut-on tisser entre pandémie, crise du climat et crise de la biodiversité? Comment peut-on envisager des actions visant la préservation des milieux naturels et de la biodiversité dans un contexte d’intensification des pressions démographiques, commerciales et d’exploitation des ressources? Le passage vers l’après-COVID et l’évitement d’une « ère des pandémies » doivent-ils nécessairement s’accompagner d’un changement de paradigme global lié au développement? Nos panélistes proposeront leur lecture de ces enjeux et souligneront l’importance de solutions basées sur la nature et intégrant les instances de gouvernance et les communautés locales dans un contexte mondialisé où les rapports de pouvoir et les logiques d’interdépendances s’expriment de manière exacerbée.

Panélistes :

Catherine Viens est doctorante en science politique à l’UQAM. Ses intérêts de recherche portent sur l’écologie politique féministe et décoloniale, le fédéralisme en Inde et dans le Sud Global, les études critiques du développement, les conflits socio-écologiques, la justice environnementale, ainsi que sur les processus locaux et les institutions locales de gouvernance. À l’IEIM, elle est responsable des projets spéciaux.

Daniel Kneeshaw est professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM. Spécialiste de l’écologie forestière, il est titulaire de la Chaire de recherche stratégique sur la résilience et les vulnérabilités et la résilience des forêts tempérée et boréale aux changements climatiques. Ses recherches s’intéressent notamment à l’aménagement durable des forêts, aux impacts des perturbations et des stress sur la productivité forestière, et au maintien de la biodiversité en milieu forestier.

Mot de bienvenue et animation :

Éric Pineault, professeur au département de sociologie et président du comité scientifique de l’ISE

Une période d’échanges avec le public aura lieu après les présentations.


Mardi 16 mars, 12h30 | Séminaire Jeunes chercheuses & jeunes chercheurs de l’ISE

Ce mardi 16 mars, à 12h30, nous recevons Waafa Baâbou, candidate au doctorat en sciences de l’environnement.

Résumé :
La construction des bâtiments est un contributeur majeur à l’épuisement des ressources minérales et métalliques, d’où la nécessité d’évaluer l’utilisation par rapport au budget qui assure le bon maintien de la réserve. L’étude utilise le concept des limites planétaires afin de définir un budget annuel de dissipation de ressource jusqu’à l’adaptation complète des utilisateurs à d’autres substituts. Les approches d’allocations permettent d’allouer un budget au secteur de la construction des bâtiments et au cycle de vie d’un type précis des bâtiments.
Sous la direction de Cécile Bulle (dép. stratégie, responsabilité sociale et environnementale, UQAM) et de Mario Santana (Université de Carleton).

Diffusé en ligne sur Zoom: https://uqam.zoom.us/j/89939074917.

À bientôt!

Panel sur l’engagement scientifique dans les débats environnementaux | Mar. 9 février, 12h-13h

***Activité proposée dans le cadre des Portes ouvertes virtuelles de l’UQAM***

Le projet de construction d’un complexe de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay vise à exporter du gaz naturel liquéfié (GNL) sur les marchés mondiaux dès 2026. Une usine de liquéfaction serait construite à Saguenay dans l’objectif de refroidir le gaz naturel fossile extrait par fracturation provenant de l’Ouest canadien.

Ce projet a engendré un vaste mouvement de mobilisation citoyenne et de nombreux débats dans la sphère publique. Dans le cadre des consultations et audiences publiques qui ont eu cours à l’automne 2020, le BAPE a reçu plus de 2500 mémoires portant sur le projet GNLQ, un record! De nombreux mémoires déposés (dont plusieurs provenant de membres de la communauté universitaire) mettent de l’avant le caractère délétère du projet sur le plan environnemental et mettent en doute sa viabilité économique.

Le rapport très attendu du BAPE doit être déposé au ministère de l’Environnement et de la Lutte aux Changements climatiques le 10 mars prochain, et rendu public peu de temps après.

Des professeurs-es, enseignants-es et étudiants-es de l’Institut des sciences de l’environnement (ISE) se sont positionnés face au projet GNL Québec. Cet engagement de nos scientifiques pose d’importantes questions : Comment la science peut-elle se placer au service des enjeux socioécologiques? Comment peut-on prendre position en tant qu’universitaire tout en protégeant sa crédibilité de chercheur-euse? L’ISE propose, par l’entremise d’un panel réunissant de ses membres ayant participé à la démarche d’évaluation du projet, un condensé de l’argumentaire et un compte rendu de leur expérience.

Gabrielle Roy-Grégoire, étudiante à la maîtrise en sciences de l’environnement
Association étudiante des cycles supérieurs en sciences de l’environnement

Marie Saint-Arnaud, chercheuse associée au Centr’ERE
Collectif scientifique sur la question du gaz de schiste et sur les enjeux énergétiques au Québec

Éric Pineault, professeur au département de sociologie et économiste

Animé par :
Tanya Handa, professeure au département des sciences biologiques et directrice du programme de maîtrise en sciences de l’environnement

À ne pas manquer!

Le mardi 9 février, 12 h à 13 h
En ligne sur Zoom

Événement Facebook

Webinaire | Modélisation en réseau pour les épidémies avec Martina Morris | Lundi 21 septembre, 12h30

Wizards and Curtains: Network Modeling Frameworks for Epidemics

Conférence en anglais avec Martina Morris de l’Université de Washington
21 septembre, 12h30 (heure avancée de l’est)

Mathematical modeling of epidemics is a field that has its roots in applied mathematics and ecology. There are several core modeling frameworks, defined by the way the system is mathematically represented: stochastic vs. deterministic, and compartmental (“mass action” or “metapopulation”) vs. individual-based. The foundation of a transmission system is the contact network. This talk will provide an overview of how that network is traditionally integrated into the different epidemic modeling frameworks, and define the formal properties of a true network epidemic model.

Martina Morris 

Martina Morris est professeure émérite de sociologie et de statistique à l’Université de Washington. En tant que sociologue, elle s’intéresse à l’analyse de la structure sociale et de la dynamique des populations. Ses recherches portent sur la modélisation des réseaux statistiques, la démographie et l’épidémiologie du VIH ainsi que sur les inégalités de revenus. Depuis 2000, elle co-dirige le développement de Statnet, un ensemble de bibliothèques pour le logiciel libre R visant la gestion, l’exploration, l’analyse statistique, la simulation et la visualisation de données réseaux..

POUR S’INSCRIRE ET OBTENIR LE LIEN DU WEBINAIRE 

Cette conférence est co-organisée par l’Institut Santé et société, l’Institut des sciences cognitives et l’Institut des sciences de l’environnement

La présentation se fera en anglais, mais nous pourrons traduire au besoin les questions posées à la conférencière pour faciliter la portion discussion de l’événement.

L’ISE rend hommage à la diplômée Coralie Deny

Au début du mois de juillet, nous avons appris la triste nouvelle du décès de Coralie Deny, diplômée du programme de maîtrise en sciences de l’environnement de l’UQAM (2001).

Spontanément, des collègues de l’ISE ont émis le souhait de témoigner du passage de Coralie à l’Institut et de lui rendre hommage pour son implication bénévole à l’UQAM au cours de la dernière décennie – elle a notamment siégé au comité Comité institutionnel d’application de la Politique en matière d’environnement (CIME) de 2009 à 2016 et a été au premier plan du développement d’une série de conférences conjointe ISE-CRE-MDD à compter de 2015 – et plus largement pour sa contribution à la cause environnementale depuis les 20 dernières années.

Un article-collage lui rendant hommage a été produit à partir des témoignages de personnes qui l’ont connu par l’entremise de l’ISE. Il vise à souligner son grand leadership, son sens politique, et son dévouement à la cause environnementale, autant de qualités qui faisaient d’elle une ambassadrice hors-pair de l’ISE et de ses programmes et pour lesquelles son souvenir demeurera impérissable.

Salut Coralie!

Retour sur les négociations de l’ONU sur le climat à Madrid, jeu. 23 janvier 12h45

Retour sur les négociations de l’ONU sur le climat à Madrid: Comment élever les ambitions de la communauté internationale?

Séminaire-midi de l’ISE

La 25e Conférence des Nations Unies sur le climat se déroulait au début décembre dernier à Madrid. Pour bon nombre d’observateurs, les résultats de ce sommet de négociations climatiques se sont avérés plus que décevants. Malgré des mouvements sociaux qui ne cessent de prendre de l’ampleur, force est de constater que ces manifestations soulignant l’urgence d’agir ne se traduisent pas par de réels engagements de la part de nos dirigeants. Où les négociations achoppent-elles? Quels sont les points litigieux qui entravent la conclusion d’un accord ambitieux et transparent? La structure de la CCNUCC doit-elle être repensée en profondeur?

Nos trois panélistes ont assisté aux débats: venez entendre leur avis sur la capacité de la communauté internationale à s’unir pour combattre l’enjeu du 21e siècle!

Léa Ilardo | Étudiante à la maîtrise en études politiques appliquées à l’université de Sherbrooke et co-porte-parole du collectif La Planète s’invite à l’université

Jean Lemire | Émissaire aux changements climatiques et aux enjeux nordiques et arctiques pour le gouvernement du Québec

Mark Purdon | Professeur au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’UQAM

Animé par Éric Pineault, professeur au département de sociologie de l’UQAM et directeur du comité scientifique de l’ISE

Jeudi 23 janvier, 12h45 à 14 h
UQAM
Pavillon Président-Kennedy, SH-2420

Événement Facebook

Cocktail de l’ISE | Jeudi 24 oct., 16h30

Le cocktail d’automne de l’ISE, c’est demain, tout de suite après le colloque Milieux de vie verts et en santé organisé dans le cadre du cours ENV7000.

On vous attend au PK-1140 à compter de 16h30!

Cet événement est organisé par l’ISE et l’Association étudiante de la maîtrise et de doctorat (AECSSE).

Bienvenue aux étudiants-es, professeurs-es, chargés-es de cours et employés-es de l’ISE!


Forêts urbaines résilientes | Plusieurs projets pour étudiants-es gradués-es

Les professeurs au département des sciences biologiques Alain Paquette et Dan Kneeshaw sont à la recherche de plusieurs candidats-es (MSc, PhD et postdoc) pour collaborer sur un projet de caractérisation des forêts urbaines afin d’identifier les meilleures pratiques pour développer des forêts urbaines résilientes qui prendront en charge les services écosystémiques aujourd’hui et dans l’avenir.

Les personnes intéressées doivent contacter les professeurs en fournissant une lettre d’intérêt, un CV, les relevés de notes (non officiels) et les coordonnées de trois références.

Offre détaillée

Offre de stage post-doctoral au GEOTOP à l’UQAM

Titre: Modéliser et prédire la persistance hydrologique au Québec-Labrador

Entrée en fonction: 1er juin 2019

Affiliation: GEOTOP à l’UQAM

Soutien financier: Bourse de 45 000 $ pour un an, avec possibilité de renouvellement

Application: Les candidats-es intéressés-es doivent faire parvenir une lettre de motivation, un CV de chercheur et les coordonnées de trois répondants à l’attention de Étienne Boucher, professeur au département de géographie de l’UQAM.

Plus de détails ici.

Institut des sciences de l’environnement (ISE)

Une unité multidépartementale et multifacultaire qui anime la vie académique et coordonne la concertation interdisciplinaire, dans un esprit d’ouverture, de collégialité et de liberté académique.

Coordonnées

Institut des sciences de l’environnement
Pavillon Président-Kennedy
Local PK-2610
201, avenue du Président-Kennedy
Montréal, Québec, H2X 3Y7